Renaat Danckaert 1965-2016




Bonjour Renaat.

En fait, nous nous connaissons que depuis peu. Combien ? Trois ans ?
Si je me souviens bien, je vous ai rencontré pour la première fois, au clubhouse bien sûr et ce environ 4 ou, 5 mois après avoir acheté ma première moto. Vous aviez tout de suite commencez à parler avec ma femme et moi. Ce fut pour vous la chose la plus normale du monde. Nous étions comme des amis d'enfance qui se rencontrèrent à nouveau bien des années plus tard.
Nous avons eu apparemment un déclic avec le recul, c'était tout à fait normal car nous avions de nombreux intérêts communs. Internet, ordinateurs, conception graphique, la photographie, la vidéo, les Etats-Unis et naturellement les balades moto.
Seuls nos goûts musicaux étaient quelque peu différents. Personnellement, j' écoute Neil Young, Raymond van het Groenewoud et Miley Cyrus. Mais aussi Mozart, Bach et Puccini. Toi tu aimais At The FRONT, Dyscordia, Immanent Distance et d'autres icônes du Heavy Métal dont le nom ne me disait absolument rien voire même que je ne pouvais prononcer.
Et pourtant - Renaat - sous cette épaisse couche de Heavy Métal, on pouvait trouver un petit nounours bien tendre avec son piercing aux yeux bruns, une voix douce et surtout avec son sourire en permanence.
Il n'y a pas si longtemps, nous avons commencé à déconner ensemble sur le site du Flanders Fields Chapter Belgique et c'est là que j' ai appris à mieux te connaître.
Tu es un Spécial. Dans ma famille, on dit d' une telle personne : « Quand elle l' a dans sa tête, elle l' a pas dans son cul. »
Parce qu' honnêtement, Renaat, tu es vraiment un go-getter passionné, parfois même têtu. Tu exiges toujours la perfection, et cela t'honore. Cette passion pour la perfection se retrouve dans tout ce que tu as entrepris.
Maintenant, prenons ce site internet ... Combien de fois je ne t'ai entendu dire : « Oui, mais ça on fait pas, ça se fait pas. » « On fait cela autrement. » « Je ne travaille pas comme cela. » « Je ne veux pas. »
Tu pouvais parfois être têtu, mais toujours avec un esprit ouvert, à l' écoute de toute nouvelle approche. Ouvert aux nouvelles technologies. Ouvert aux nouveaux accents.
Mais avant que tu ne changes d'avis, tu devais être à 200% sûr que ce changement soit meilleur et plus propre. On ne change pas pour le changement. Pour toi, toute modification devait apporter son amélioration, sinon c'était pas nécessaire. Que dis-je ? C'était inutile.
Mercredi dernier, j' ai travaillé tard pour apporter les dernières modifications au site parce que je sais que tu aurais aimé à ce que je réagisse rapidement. A la recherche d' éléments pour cette triste mise à jour, j' ai consulté google en pianotant ton nom. L'avais-tu déjà fait ?
Tu dois savoir ce que j'ai trouvé : des photos d'un Renaat souriant, d'un Renaat qui en jette, d'un Renaat fier sur sa bécane bleue. Mais aussi d'un Renaat en pleine concentration devant sa console de mixage, d'un Renaat qui s'éclate. Et toujours plus de photos d'un Renaat souriant.
Et assez étrangement aussi une image d'un grand frisé effronté avec sa guitare basse. Vraiment Renaat, sans ce tatouage sur le bras, je ne t'aurais pas reconnu !! Ce qui m'a frappé ici ? la couleur de la guitare basse : bleue. Cette même teinte on la retrouve sur ta brillante Harley.
Une de mes amies a écrit un jour : « Vous êtes seulement mort lorsque vous êtes oublié. » Renaat, tu ne mourras jamais dans ma vie. Chaque fois qu'une Harley bleue croisera mon chemin, je penserai à toi. Chaque fois que je jouerai au golf, ou que je ferai du vélo sous un ciel bleu, je vais penser à toi. Chaque fois que l'écran bleu de mon PC apparaitra, je vais penser à toi.
Renaat, avec toi, c'est un peu comme J.K. Rowling a écrit dans ses histoires d' Harry Potter, mes préférées : « TOUJOURS ».
Merci Renaat pour tout. Et à plus loin le long du chemin ...

Rik
7/09/2016